Galettes France Telecom

Il y a des soirs comme ça, où j’ai des idées saugrenues…
Avant-hier, en cherchant une recette de carottes à la crème, j’ai croisé une recette de galettes de carottes.
Je l’ai regardée d’un oeil curieux, puis j’ai zappé, pas le sujet du jour.

Et tout à l’heure, flânant dans les rayons en manque d’inspiration pour le dîner, l’idée a refait surface!
Mais je ne me suis pas contentée des carottes, j’ai agrémenté…
En avant pour une séance d’expérimentation culinaire hasardeuse comme je les aime 😉 sans recette et sans filet…

J’ai utilisé 3 carottes des sables, une belle tranche de courge musquée et une patate douce. Ce qui correspond à la quantité de légumes pour un régiment, une fois râpé  ^-^ Je n’ai finalement cuisiné qu’un quart du mélange obtenu… le reste est au frigo pour tester des déclinaisons.

Résultat: des galettes tout légume, bourrées de vitamine A et de bonne humeur.

RECETTE!!
(pour 4 personnes)

– carotte(s)
– courge
– patate douce
– 4 oeufs
– 2 grosses poignées de râpé de chèvre (aisément remplaçable par du gruyère râpé ou du tofu soyeux, selon les goûts et régimes alimentaires)
– sel (et poivre si vous aimez)

=> Eplucher les légumes et les râper. (Si vous n’avez pas de robot avec râpe, pour la courge, je pense que mixé ça peut aller aussi)
=> Dans un saladier, battre les oeufs en omelette, assaisonner, mélanger avec le fromage râpé puis avec les légumes râpés
=> Faire chauffer un fond d’huile d’olive dans une poêle et disposer des petits tas du mélange, bien tasser en forme de galette et laisser cuire, environ 5mn sur chaque face

C’est tout!
Nous avons dégusté ces petites galettes automnales avec du jambon au porto (pas fait maison, bouh), et les gars se sont régalés. Mon cher et tendre a suggéré de les tenter en brunch/petit dej anglais, accompagnées de bacon grillé, mmmmh, une idée à creuser.
Variante: Avec des épices. L’odeur des trois légumes fraîchement râpés est appétissante et appelle adjonction d’épices parfumées… Cannelle pour la version petit dej, ou coriandre pour une version plus orientale, ou cumin pour les moins frileux.

 Demain je teste le reste pour accompagner du confit de canard…
Autre suggestion d’accompagnement: avec une poêlée de girolles… ou de chanterelles… ou quelques brisures de truffes dans les galettes (suggestion de ma moitié ^^)

Bon appétit 😉

Publicités

Qu’est-ce qu’on mange ce soir?

Nouvelle recette pour le dîner aujourd’hui: une version du Gâteau de Foies de Volailles, plus légère que d’habitude.

L’astuce: on remplace la crème fraîche par des blancs d’oeufs battus en neige.

Pour 400g de foies de volaille, il vous faut:
– 50g de mie de pain* rassis
– 100ml de lait végétal
– une à deux échalotes
– 4 oeufs
– 2 cuillères à soupe de Madère, Porto ou Congac
– du sel
– du persil haché (au jugé, il en faut pas mal, moi j’en ai mis l’équivalent de 4 cuillères à soupe)
– une pincée de 4 épices

Ustensiles:
– un robot mixer
– un fouet
– un moule à manqué, ou des ramequins individuels, ou une plaque en silicone pour muffins (moi j’utilise une plaque à bavarois GuyDemarle)

Préchauffer le four à 180°C
1) Mettre le pain* à tremper dans le lait
2)  Hacher les échalotes
3) Poêler rapidement les foies de volaille, sans les laisser dorer ni cuire à coeur (1 à 2 minutes maximum)
4) Mixer les foies de volaille avec la mie de pain essorée et l’échalote, jusqu’à obtenir une préparation homogène (c’est assez voire très liquide, c’est normal!)
5) Séparer les blancs des jaunes d’oeufs.
6) Ajouter  au mélange précédent les jaunes d’oeufs, le persil, l’alcool et mixer à nouveau.
7) Saler et épicer à votre goût.
8) Battre les blancs d’oeufs en neige ferme.
9) Verser le contenu du mixer sur les blancs en neige, et mélanger délicatement à la spatule en soulevant la préparation pour ne pas casser les blancs, jusqu’à obtenir un mélange parfaitement homogène.
10) Verser dans le ou les moules (préalablement huilés s’ils ne sont pas anti-adhérents ou en silicone)
11) Placer le moule dans la lèchefrite ou un plat rempli d’eau et faire cuire au four au bain-marie pendant 15 à 25mn (selon la taille des moules)

Servir avec du riz ou des quenelles nature, et une sauce tomate aromatisée selon l’inspiration d’herbes de Provence, de champignons de Paris émincés, d’olives vertes…

Bon appétit!

* Pour les intolérants au gluten, cette recette peut également être réalisée avec des biscottes ou du pain grillé sans gluten

Murder Party en 1910: Corset (4)

De très grandes avancées depuis le dernier article sur ce corset!
Il est presque terminé…

Tous les couloirs sont piqués, busc, baleines et oeillets en place. Il ne manque que les 4 dernières paires d’oeillets en bas, que je broderai car je n’avais pas assez d’oeillets métalliques pour toute la longueur du corset…

Etape intermédiaire, avant et pendant la pose des derniers couloirs à baleines:

Il n’est pas baleiné jusqu’en bas, pour des raisons évidentes de courbure du corps, sinon je ne pourrais pas m’asseoir. Pour déterminer la longueur des baleines, je me suis simplement assise après avoir enfilé ma toile de corset, et j’ai tracé la limite inférieure des baleines directement au stylo sur le tissu, à hauteur du pubis pour le busc, des cuisses pour les baleines de devant, et de la chaise pour celles de derrière.

Petites photos moches de l’essayage d’hier soir, prises avec le téléphone et une lumière pourrie ^-^

Pas de vue de face, le cliché était mal pris et le corset n’est pas très beau vu sous cet angle… Il est extrêment droit, et les découpes des pans devant renforcent l’aspect « tube » ou colonne, ce qui est rigoureusement historique, étant donné le patron que j’ai utilisé, mais pas très flatteur…
Vu de face, il ressemble comme deux gouttes d’eau à celui-ci (sans les goussets pour la poitrine, j’aurais peut-être dû en faire…):

La bonne surprise, c’est que mon tissu synthétique (le rose mat) n’est pas du tout élastique, et résiste superbement à la tension. Il donne une vraie belle tenue au corset. L’autre bonne surprise, c’est le confort extrême d’un corset fait à ses propres mesures: il a beau être lourdement baleiné, tout en baleines acier plates, il me fait comme une seconde peau, je l’ai porté une petite heure ce matin pour tester des fonctions de base telles que m’asseoir et manger et j’ai été très agréablement étonnée de sa souplesse.

Maintenant, il ne reste plus qu’à poser le biais, la dentelle en haut du corset, préparer les jarretières et broder des abeilles pour stabiliser les baleines.

Murder Party en 1910: Comment coudre des bas

J’ai trouvé sur ce site un très intéressant tuto pour coudre des bas. Le titre indique que le tissu employé est de la chenille, mais je souhaite utiliser un tissu le plus fin possible, jersey de coton ou de soie si j’en trouve à pas trop cher.

Comme je suis obligée de chercher une bonne partie des mots (pas très forte en schéma corporel en anglais, moi), j’en profite pour vous livrer ici la traduction du tuto, afin que les non anglicistes puissent en profiter aussi.

Je précise que je n’ai encore jamais réalisé de bas, ni testé ce tuto, cela sera l’étape suivante, donc si certain(e)s d’entre vous l’ont déjà fait, tous commentaires, critiques, conseils ou instructions complémentaires sont les bienvenus! Si vous avez des patrons ou schémas, n’hésitez pas à partager aussi 😉

C’est parti pour le tuto!

1.- Mesurez le tour de votre pied, de votre cheville, de votre mollet, de votre genou et de votre cuisse, à chaque fois à l’endroit le plus large. A partir des orteils, mesurez le dessous du pied et l’arrière de la jambe, jusqu’à la hauteur désirée pour le haut du bas. Ajoutez une marge de couture (2.5cm) à toutes les mesures.

2.- Créez un patron utilisant vos mesures: tracez un rectangle long et étroit sur une vieille feuille de papier journal (ou de la nappe en papier). N’hésitez pas à scotcher ensemble 2 feuilles de journal si vos jambes sont trop longues pour tenir sur une seule 😉 Découpez le patron.

3.- Découpez les bas. Epinglez le patron au tissu, avec le plus d’épingles possible si votre tissu est glissant. Coupez le patron 2 fois, une pour chaque jambe.

4.- Assemblez la couture arrière du bas en repliant votre pièce de tissu dans la longueur, endroit contre endroit. Epinglez du papier sulfurisé entre les deux épaisseurs de tissu pour minimiser les glissements de tissu.

5.- Fermez l’extrémité côté orteils. Ourlez le haut des bas (ça me fait toujours rire, c’est bête hein?) en repliant deux fois le bord sur 5mm de haut. piquez le plus près possible du premier repli.

… Bon. Mouais… Je ne sais pas vous, mais moi je reste sur ma faim… Ne manquerait-il pas quelques méchantes étapes entre les indications 1 et 2? Genre la distance coup de pied/cheville, cheville/partie large du mollet, cheville/genou et genou/cuisse? Sinon, comment savoir où placer ces différentes mesures si méthodiquement relevées?
Une petite photo pour avoir un aperçu d’un patron de bas à plat n’aurait pas été du luxe…^-^
Vous pouvez voir un aperçu de patron de bas ici sur le blog de Before the automobile. Les siens ont été réalisés et décorés dans le style XVIIIème siècle, mais je ne pense pas que la forme des jambes et donc la forme des bas ait beaucoup évolué depuis… J’ai quand même du mal à visualiser l’assemblage pour apsser du patron à plat au bas sur la jambe. Comme toujours, il va falloir que je le fasse pour me rendre compte( sans sent l’abus de découvite, ça…).

Voilà. Ben yapuka trouver le bon tissu, et en avant pour du bricolage… je dois avoir des restes de microfibre noire, je tenterai peut-être une toile un de ces prochains jours. En attendant, surveillez bien le blog, ma commande de baleines est passée ce matin, je vais donc pouvoir me remettre au corset d’ici la fin de semaine, j’espère.

Murder Party en 1910: Combishort 1/3

L’empiècement de hanches est prêt. les bords sont roulottés, et les entre-deux posés, le tout à la main.
Je suis devenue la reine du roulotté!

Petite photo intermédiaire, il manque le roulotté du haut et la dentelle de la ceinture.
Le bas (extérieur du cercle) est laissé à cru pour le moment, il sera assemblé aux jambes non pas en entre-deux (pour cause de pudeur) mais avec une couture anglaise. Le milieu devant formera une patte de boutonnage sur toute sa hauteur, dans la continuité du haut du combishort.

Le patronnage des jambes m’inquiète un peu, les maths et moi, on n’est pas copains…
Alors en attendant, je vais faire le haut! Ca s’appelle reculer pour mieux sauter (ou faire l’autruche…)

Murder Party en 1910: Astuce et débrouillardise font plus que patience ni longueur de temps ;-)

Comme je le disais dans mon précédent article, la couture de lingerie implique des tissus archi-fins, des coutures douces sur le corps et des finitions imperceptibles.
Le zigzag machine, testé hier soir a rempli les objectifs en terme d’esthétique, mais cela rend mon ourlet tout raide, et ça gratte…
Donc en avant pour le roulotté à la main!
Après avoir perdu une soirée sur Pinterest à ne pas retrouver le tuto de roulotté que je pensais avoir sauvegardé, j’ai demandé à mon ami Google qui m’a donné plein d’adresses, plus ou moins pertinentes.

Bilan des courses:
Méthode officielle et reconnue, le roulotté traditionnel, façon Hermès, on mouille le tissu, on roule le tissu, on fait comme les pros…

un quart d’heure pour faire 3 pauvres centimètres d’ourlet absolument pas régulier, ça se tortille, c’est plus étroit, plus large, une cata!

Méthode « l’ourlet roulotté pour les nuls », ou comment ne pas suivre la tradition…

un quart d’heure pour faire tout le reste de l’ourlet, parfaitement droit, infiniment plus fin,invisible de l’autre côté…

Je recommande le roulotté pour les nuls!

Murder Party en 1910: le retour du Combishort!

Comme le corset est en panne, teinture des rubans et commande de baleines oblige, il est temps d’avancer sur les autres parties du projet: les dessous.

Depuis mon dernier article sur le sujet, j’ai mesuré mon coupon de soie, quantité insuffisante, snif!
Mais j’ai aussi fait un petit tour chez Tissus Myrtille et trouvé de quoi faire mes dessous: coton fin écru pour le combishort, voile de coton taupe pour le jupon.

Puis je me suis rappelée que j’avais un grand coupon de broderie anglaise blanc cassé qui attendait d’être transformé en blouse…

Petite fouille et tri des diverses dentelles en stock, et voici le résultat de la pêche miraculeuse:

Gros plan sur les dentelles: celle du haut est une récup décousue hier soir d’une paire de manches lacées immonde que je n’ai jamais utilisées, celle du bas, possiblement faite au crochet, vient de chez Emmaüs. La bande de crochet sera utilisée comme entre-deux à la taille, entre l’empiècement de hanches et le volant des jambes, le long des coutures côté, et ailleurs entre les morceaux de coton uni et de broderie anglaise… La petite dentelle bordera les volants des jambes (j’en ai 4 morceaux, ça tombe bien!)

Rappel des 2 principaux modèles dont je vais m’inspirer, le haut de gauche avec le bas de droite:

Pour patronner le haut, j’ai retrouvé par hasard la semaine dernière un chemisier qui a la bonne forme et me va comme un gant.

Pour cintrer le dos, et pour l’empiècement des hanches, j’utilise des patrons de lingerie 1897. Et pour les jambes, ça va être de l’impro puisque pas moyen de savoir comment c’est construit… Je n’ai trouvé qu’un seule illustration de ce type de jambes volantées, une gravure intitulée « pantalon ballerine » dans un magazine de mode ancien.

J’ai déjà coupé l’empiècement dos et devant, en utilisant le patron de ceinture des culottes ouvertes 1897, que j’ai rallongé de 15cm pour qu’il descende jusqu’en bas de mon corset, histoire de ne pas avoir trop de volume coincé dessous. Le dos est d’une seule pièce, le devant en 2 parties, avec un rajout de 3cm sur chaque pièce au milieu devant pour la patte de boutonnage. L’empiècement se trouve être pile à la mesure de mon dos, j’ai rajouté 1cm pour l’aisance, et les 2 parties devant et dos seront raccordées par un entre-deux de ma dentelle au crochet.

L’assemblage sera fait à l’ancienne! Je possède plusieurs pièce de lingerie fine début de siècle (merci Maman!), qui sont trop petites pour moi et trop délicates pour être portées, mais une source précieuse d’informations sur les méthodes de construction de l’époque: chaque morceau (corps, manches, cols, ceinture etc…) a un bord finement roulotté, et est relié à son voisin par une bande de petites brides brodées (je rajouterai une photo ici plus tard, j’ai oublié d’en faire).

Je ne vais évidemment pas broder toutes ces brides, j’en aurais pour des heures et l’échéance du projet est trop courte! Je truande donc en utilisant ma dentelle ancienne en guise d’entre deux; pour les bords des pièces, je vais tester le roulotté machine (avec un point zigzag), sinon je le ferai à la main…