Bilan de mi-parcours

La première semaine de vacances s’est achevée par une belle sortie dominicale en famille,donc repos forcé, pas de bricolage.
A l’aube de cette nouvelle semaine, le point sur les travaux:

LE KILT:
La majorité du gros oeuvre est fait. Coupe, assemblage, ourlets et plissage au vinaigre, c’est bon.
La ceinture est coupée, en attente d’entoilage (coupé et épinglé aussi, il manque juste le coup de fer).
Je rencontre un léger défi technique: comment insérer proprement une fermeture éclair dans un pan de tissu de manières à la fois solide (pour éviter que la fente ne se déchire plus bas), confortable (pas de surépaisseurs ou coutures multiples) et esthétique (parce que même si c’est caché, il n’y  pas de raison que ce soit moche…).
J’ai coupé une petite pièce de renfort à coudre à la base, entoilée elle aussi, apuka découper le tissu et poser la fermeture éclair… Ensuite, la pose de la ceinture devrait être très simple et rapide, et je pourrai passer à la déco: pose des pressions de fermeture, et dessin et réalisation des diverses et nombreuses poches.

petite photo des plis en cours de formation…

LE PEDALBOARD:
La couche d’apprêt est faite, la première couche de vernis acajou également, j’attaque la deuxième couche aujourd’hui.
Pour l’instant c’est un peu pâlichon, mais il y aura certainement au minimum 3 ou 4 couches pour obtenir un bel acajou intense et profond (et un vernis solide par-dessus le marché).
Les idées de décoration font leur chemin, plus de photos et d’infos dans un prochain article…

en l’état actuel:

LE CORSET UNDERBUST:
Brainstorming sur les patrons. Je n’ai pas la moindre idée de quelle forme conviendrait à la fois à mon objectif (illusion de taille fine sans trop de restriction de taille)et à ma contrainte de tissu (tissu à rayures). j’ai trouvé quelques idées, et 2 ou 3 patrons, tous à modifier car ce sont des overbust et je voudrais faire simple pour un premier corset…
Voici mon tissu:

Idée numéro 1: un corset 1890 Tiré du livre de Jill Salen (page 58)
* Ce qui m’a tapé dans l’oeil: le cordage horizontal sur les hanches. Je me suis dit que ça pourrait être marrant de placer mon tissu avec les rayures horizontales sur cette partie, et piquer un cordage, vrai ou faux en suivant les rayures.
* Ce qui me plaît moins: le manque de baleines sur l’avant et de lignes plongeantes vers le busc

Idée numéro 2: un corset à goussets de 1876, tiré d’un patron historique du magazine De Gracieuse, ici réalisé par la talentueuse Augustintyar du blog Before the Automobile
* Ce que j’aime: le baleinage plongeant qui donne l’illusion de la taille fine. Et la facilité à le raccourcir en underbust en supprimant les goussets de poitrine et coupant les autres pièces.
* Ce qui me gêne: la difficulté de montage des goussets sur les hanches, et le baleinage vertical qui est à la fois mieux pour le maintien et la ligne visuelle, mais rend plus compliquée l’utilisation des rayures à l’horizontale. => deux options, couper les pièces dos et côté pour ne faire qu’un seul empiècement de hanche à la place des 2 goussets, supprimer les baleines et corder OU garder le tissu vertical partout.

juste pour rire, la photo du patron avant démêlage…

Idée numéro3: un corset à goussets de 1898, patron gratuit de Ralph Pink
* Avantages: patron simple d’utilisation pour une débutante, pas de goussets
* Inconvénients: je n’aime pas trop les busc cuiller, mais je ne suis pas sûre de pouvoir le remplacer par un busc droit tout en conservant la forme et la ligne esthétique du corset…

Affaire à suivre, les 3 patrons demandent un travail égal de mise à mesures et ajustements à mon projet, c’est donc un long travail de réflexion qui commence…

Publicités

PROJETS DE VACANCES

Youpiii, c’est Noël, et c’est les vacances!!!! 15 jours en continu, pour moi, en famille et tranquillou à la maison.
C’est l’occasion de pouvoir consacrer un peu plus d’heures à la couture avec l’esprit clair, pas le soir devant la télé, au bout d’une journée de travail, quand le cerveau ne tourne plus très rond…

Au programme de ces vacances, comme toujours, j’en ai sûrement prévu trop! Mais rien n’est obligatoire, ni n’a de date butoir (hormis le cadeau), donc si je ne fais pas tout, c’est pas grave, c’est cool…

D’abord, il y a des bricoles qui traînent et que je voudrais finir:
– reprendre la vareuse de la Murder, dont le patron était manifestement prévu pour une veste, et qui donc a trop de tissu devant par rapport au dos… Ajustement vite fait: découpe par le milieu, surjet et repli, boutonnières d’un côté, pose de boutons de l’autre, et basta!
– rajouter une martingale pour cintrer le gilet rayé de la Murder
– terminer ma robe 1910: ben oui, j’étais tellement à la bourre que j’ai passé la journée avec les volants de manches simplement épinglés à la ceinture!! Donc 4 petits points de couture pour fixer les volants sur la dite ceinture, plus 2 pour fixer sur les bretelles, et le tour est joué.
– finir mon corps baleiné 1785, commencé pour le projet Chemise à la Reine: il ne manque que le biais du bas à finir, j’ai repris hier soir et terminé la dernière tassette de gauche, il faut donc faire le contour de la pointe milieu devant (avec les nombreuses baleines, ça va être coton), puis les 5 tassettes de l’autre côté: 6 longues soirées de petits points à la main en perspective
Au début de l’automne, il en était là:

Voilà pour les finitions; il y en a bien d’autres, mais ces trois là suffiront! J’espère pouvoir mettre mon corps baleiné pour le jour de l’an, avec une jolie jupe, ce serait sympa…

Mais tout ça ne va pas me prendre des siècles, me direz-vous? T’inquièèèète, j’ai prévu des taaaaaaas de nouveaux projets! ^-^
Pour ces vacances, je vais m’en tenir à 2, et ce sera bien suffisant.
– un Utilikilt: qu’es-ce que c’est que cette bête-là? Ben c’est un kilt… avec des poches utiles partout! A acheter, ça coûte un bras, à fabriquer, ça n’a pas l’air si compliqué… Le projet est déjà bien entamé, et je le reprends demain, donc restez connectez, ou abonnez-vous au blog, et vous saurez tout, tout, tout sur l’Utilikilt!
– un corset. Un vrai, cette fois! Enfin, le précédent (le 1910) était un vrai aussi, mais pas très flatteur porté tout seul, et pas portable de nos jours… Cette fois, je vise un corset, enfin plus précisément un underbust (qui s’arrête sous les seins, comme son nom l’indique) de dessus. Avec un joli tissu rayé. Tiens, le kilt aussi est rayé… je vais brasser de la rayure pendant toutes les vacances…

Trop de blabla? Vous préférez les photos? J’en ai une qui va vous mettre l’eau à la bouche…
Regardez comme il est beau ce kilt! Eh, j’ai dit le kilt!!!!

Et pour le corset,le tissu et quelques inspirations…

Murder Party en 1910: Patchwork du Work in Progress

La Murder, c’est après-demain! Mais…euh… tout n’est pas fini :-/ Il y a encore pas mal de pain sur la planche…
Alors pas le temps de faire un billet détaillé, il faudra attendre la semaine prochaine pour que je vous détaille toutes les passionnantes -et parfois stressantes- étapes par lesquelles je suis passée, mes espoirs et mes déboires.

Pour patienter, un petit pêle-mêle de photos des ces dernières semaines de folie couturistique:

Murder Party en 1910: la genèse de la robe…

Un seul article, pour une cogitation qui s’étale sur un bon mois et demi.

A l’origine était l’inspiration, que je vous ai moultement détaillée ici et ici.
Puis est venu le shopping, et là oh joie bonheur etc… j’ai retrouvé la jolie microfibre pas chère couleur Cuisse de Nymphe qui m’avait servi en mai 2012 pour réaliser la robe du Swap Baccalauréat! (pas encore fait l’article, oups, il faut que je m’y mette…)

Premiers épinglés fin août, avec mes mousselines:

Volant de mon rideau de tulle brodé ancien, ceinture en mousseline violette
Le même en rajoutant le corps du rideau en surjupe courte (période 1912)
Toujours le même rideau, cette fois en version longue, et ceinturé de vert, galon brodé géométrique (tendance Art Déco) en bas de la robe

Commentaires: je préfère avec surjupe que sans. Plutôt surjupe courte que surjupe longue, mes goûts me portant plus naturellement vers la mode 1912. Le galon Art Déco est très joli, mais pas forcément très compatible historiquement avec la surjupe longue, forme 1909, plus période Art Nouveau que Art Déco…
Les mousselines sont jolies mais cela manque de contraste. Je préfèrais mon doupion de soie rouge cerise, mais l’épinglé était moche comme tout.

Deuxième série d’épinglés en octobre, avec ma soie rouge cerise:
Cette fois j’ai pris mes petits ciseaux et sauvagement découpé avec délicatesse le volant du rideau, car c’est sûr, je veux l’utiliser pour les manches!
Volant sur les épaules, corps du rideau horizontal, froncé derrière pour former une traîne, et ceinture haute en soie rouge.
Voici une manche en mousseline de soie brodée de perles de jais qua j’avais achetée en brocante dans l’idée d’en décorer un corset

Quelques coups de ciseaux plus tard, les bandes perlées de la manche se sont retrouvées sur la robe, histoire de la rendre un peu plus… rock’n’roll (un peu moins romantique-ingénue, quoi)

Commentaires: la version sans perles fait très robe d’après-midi, ce qui conviendrait mieux au cadre de la Murder Party, mais moins au caractère de mon personnage, que je voudrais plus ambigu (oui, c’est une douce créature fragile, romantique et respectable, mais… un peu de feu couve sous la glace…); la version avec perles fait plus robe de soirée, plus femme mûre aussi, mais un peu too much à mon goût.
Je valide totalement le rideau posé ainsi, juste froncé au milieu dos, cela se rapproche de nombre de mes illustrations 1909 avec une traîne. Le volant de dentelle aussi, je vais froncer le bord avant pour éviter qu’il ne pendouille.
Prochain essai, ne garder que les bandes de perles étroites, en guise de bretelles (posée au bord de la robe et pas en V) car elles sont trop courtes pour couvrir tout le décolleté.

La forme me convient, j’ai donc plongé dans mes livres à la recherche de patrons!
Trouvé mon bonheur dans The Cut of Women’s Clothes (Norah Waugh) pour la jupe: jupe taille haute corsetée, un panneau plat milieu devant, 2 panneaux légèrement évasés sur les côtés, et plus d’ampleur à l’arrière avec une légère traîne. En plus la planche a des cotes, apuka prendre les mesures, agrandir et zou!

Et dans Patterns of Fashion 2 (Jill Salen), la très fameuse, vue et revue Laurel Dress, qui ne me tente pas du tout, mais dont la construction du bustier est remarquablement détaillée et adaptée à mon projet: doublure baleinée, bande du buste, ceinture en forme doublée elle aussi… tout y est


Murder Party en 1910: Inspiration

Une Murder Party se prépare sur le forum des Fées Tisseuses.
Elle sera costumée, comme il se doit, sur le thème des années 1910.

C’est une période fort intéressante en terme de costume féminin : pensez aux tenues que l’on peut voir dans le Titanic de James Cameron, ou dans la première saison de la série Dowton Abbey, où mères et filles marquent bien le contraste des générations par leurs tenues radicalement différentes.

Les années 1910 à 1920 sont une ère de transition entre l’Art Nouveau et l’Art Déco. On passe de la courbe à la ligne droite, de la volute à la géométrie… cela se traduit aussi bien dans l’ornementation des tenues que dans la silhouette générale.


A la Belle-Epoque (période édouardienne pour les anglais), le corset des Gibson Girls modèle le corps en forme de S: poitrine opulente en avant, taille de guêpe, croupe généreuse et hyper cambrée; par-dessus viennent des robes à l’avenant, chargées de dentelles sur le corsage pour l’effet «buste de pigeon», taille à sa place naturelle, et jupe ample avec traîne.

A l’approche de la Première Guerre Mondiale, le corset s’allonge, devient plus naturel (on ne recherche plus forcément une restriction de taille) et tend à donner à la femme la forme d’une colonne sans taille ni hanches distinctes; autour de cette colonne se drapent des robes plus fluides que lors de la mode précédente, dont la taille remonte petit à petit jusqu’à une taille empire, et la jupe tend à se raccourcir au fil des ans et perd de plus en plus son ampleur. Ce mouvement aboutira dans les années 20 au style garçonne des Années Folles.

De 1908 à 1912, les deux styles cohabitent et se mixent, évoluant doucement de l’un vers l’autre, ce qui nous laisse une grande liberté de choix, tant dans la forme du dessus que des dessous.

Comme il est impossible d’obtenir parfaitement la ligne d’une période avec le vêtement seul sans structurer avec des sous-vêtements (à moins d’avoir le corps parfaitement taillé comme la période), il va donc falloir envisager le corset. Et là dilemme et long combat avec moi-même: j’ai effectivement une ligne naturelle beaucoup plus Belle Epoque que Titanic et il suffirait de peu de soutien pour faire illusion…
MAIS:
– Je dispose de peu de temps et de budget pour le projet complet, et les robes début de siècle sont bien plus complexes et gourmandes en tissu que celle des années 1910
– Je préfère le style 1912, c’est vraiment l’année où je trouve les robes les plus à mon goût
– Passer toute une journée cambrée, les fesses en arrière, alors que j’essaie de remuscler mon dos et mes abdos pour me débarrasser de mon mal de dos… mauvaise idée!
– Je suis encore peu expérimentée en corsetterie, et les corsets édouardiens, avec leur empiècements de hanches, ne sont pas connus pour être les plus faciles à réaliser…

Je vais donc tenter un corset 1910.

Pour les dessous, n’étant pas fan des épaisseurs accumulée, je vais remplacer le combo chemise + pantalon par une combinaison dans ce genre-là : l’ancêtre du combi-short!

Dessus, il y aura une combinaison jupon (princess slip en anglais).

Et pour la robe, j’ai plein d’idées irréalisables, mais le modèle définitif sera fonction des tissus pas chers dispos quand j’irai chez mon dealer de tissus.

Mon projet vous intrigue? Suivez le guide: ma page Pinterest pour les inspirations est ici, et la première étape du projet est .

Le défi d’Elfyne # 29: En rouge et Vert

En mai, porte ce qui te plaît, le défi!
mai

Une petite fleur de printemps, une spirale écarlate et voilà un joli collier.

Pour la petite histoire, j’ai flashé dessus dans une boutique de perles, mais les couleurs ne me plaisaient pas (orange et ?). La gentille dame de la boutique m’a donc proposé de le prendre en photo, puis m’a aiguillée vers le matériel adéquat pour le reproduire. La réalisation est donc approximative, mais le résultat satisfaisant.
Ce collier-ci a un petit frère, il a servi de brouillon à la fabrication de l’autre, rouge et rose, cadeau pour une copinaute.

Queues de rat et fils d’aluminium sont les seuls matériaux utilisés pour ce collier très économique.