Murder Party en 1910: la genèse de la robe…

Un seul article, pour une cogitation qui s’étale sur un bon mois et demi.

A l’origine était l’inspiration, que je vous ai moultement détaillée ici et ici.
Puis est venu le shopping, et là oh joie bonheur etc… j’ai retrouvé la jolie microfibre pas chère couleur Cuisse de Nymphe qui m’avait servi en mai 2012 pour réaliser la robe du Swap Baccalauréat! (pas encore fait l’article, oups, il faut que je m’y mette…)

Premiers épinglés fin août, avec mes mousselines:

Volant de mon rideau de tulle brodé ancien, ceinture en mousseline violette
Le même en rajoutant le corps du rideau en surjupe courte (période 1912)
Toujours le même rideau, cette fois en version longue, et ceinturé de vert, galon brodé géométrique (tendance Art Déco) en bas de la robe

Commentaires: je préfère avec surjupe que sans. Plutôt surjupe courte que surjupe longue, mes goûts me portant plus naturellement vers la mode 1912. Le galon Art Déco est très joli, mais pas forcément très compatible historiquement avec la surjupe longue, forme 1909, plus période Art Nouveau que Art Déco…
Les mousselines sont jolies mais cela manque de contraste. Je préfèrais mon doupion de soie rouge cerise, mais l’épinglé était moche comme tout.

Deuxième série d’épinglés en octobre, avec ma soie rouge cerise:
Cette fois j’ai pris mes petits ciseaux et sauvagement découpé avec délicatesse le volant du rideau, car c’est sûr, je veux l’utiliser pour les manches!
Volant sur les épaules, corps du rideau horizontal, froncé derrière pour former une traîne, et ceinture haute en soie rouge.
Voici une manche en mousseline de soie brodée de perles de jais qua j’avais achetée en brocante dans l’idée d’en décorer un corset

Quelques coups de ciseaux plus tard, les bandes perlées de la manche se sont retrouvées sur la robe, histoire de la rendre un peu plus… rock’n’roll (un peu moins romantique-ingénue, quoi)

Commentaires: la version sans perles fait très robe d’après-midi, ce qui conviendrait mieux au cadre de la Murder Party, mais moins au caractère de mon personnage, que je voudrais plus ambigu (oui, c’est une douce créature fragile, romantique et respectable, mais… un peu de feu couve sous la glace…); la version avec perles fait plus robe de soirée, plus femme mûre aussi, mais un peu too much à mon goût.
Je valide totalement le rideau posé ainsi, juste froncé au milieu dos, cela se rapproche de nombre de mes illustrations 1909 avec une traîne. Le volant de dentelle aussi, je vais froncer le bord avant pour éviter qu’il ne pendouille.
Prochain essai, ne garder que les bandes de perles étroites, en guise de bretelles (posée au bord de la robe et pas en V) car elles sont trop courtes pour couvrir tout le décolleté.

La forme me convient, j’ai donc plongé dans mes livres à la recherche de patrons!
Trouvé mon bonheur dans The Cut of Women’s Clothes (Norah Waugh) pour la jupe: jupe taille haute corsetée, un panneau plat milieu devant, 2 panneaux légèrement évasés sur les côtés, et plus d’ampleur à l’arrière avec une légère traîne. En plus la planche a des cotes, apuka prendre les mesures, agrandir et zou!

Et dans Patterns of Fashion 2 (Jill Salen), la très fameuse, vue et revue Laurel Dress, qui ne me tente pas du tout, mais dont la construction du bustier est remarquablement détaillée et adaptée à mon projet: doublure baleinée, bande du buste, ceinture en forme doublée elle aussi… tout y est


Murder Party en 1910: Corset (5) et le Combishort Contre-Attaque!

Il y a du retard de postage, sur ce blog…
Je n’écris pas beaucoup, mais j’avance bien côté couture.

Le corset est à ce jour presque terminé.
Le biais a été posé en haut et en bas, biais de satin rose pâle, posé proprement à la machine.

J’ai confectionné et posé les 6 jarretelles recouvertes de biais de satin (le même que le biais des bords)

J’ai posé ma jolie dentelle ancienne, à la main, avec précaution et délicatesse, et j’ai commencé à broder des abeilles (c’est très moche et pas régulier, il n’y en a que la moitié de faites, du coup, il faut que je m’y remette pour le finir!)

Côté combishort, je tiens le bon bout aussi.
J’ai décalqué à partir de mon corsage rose et de la mesure de l’empiècement de hanches, puis créé des découpes sur mon patron pour alterner voile de coton et broderie anglaise sur le devant:

Le haut est assemblé, la patte de boutonnage ourlée à points invisibles, et le bas de l’empiècement fermé.
J’ai coupé les jambes à l’arrache, fermé le bas, posé la dentelle et essayé le tout épinglé: bilan « pas mal »
La culotte fendue est fonctionnelle mais pas indécente, je ne vais même pas devoir poser des boutons pression pour la maintenir.
Comme j’ai taillé des jambes de 126cm de large histoire de faire des volants, pour un empiècement de 92cm seulement, il faut maintenant réduire avant d’assembler… L’option fronces, telle que je l’avais épinglée ne me plaît pas, ça donne un effet bouffant juste à hauteur du tour de hanches, pas très flatteur… L’option grands plis testée aussi au deuxième épinglé était gracieuse, mais bizarre du fait de l’espacement des plis.
Je vais donc opter pour des mini plis plats de 3mm de large, comme on en voit souvent sur ce type de lingerie, ça va être super long à faire, mais ça devrait être joli.
Reste à trancher sur la question suivante: des petits plis partout, espacés de 3cm, ou des groupes de plis à plusieurs endroits stratégiques (au passage des jarretelles, pour gagner de l’ampleur à cet endroit)?

J’espère pouvoir terminer le bas du combishort ce soir, ensuite il ne restera que les boutons pression à poser, ainsi que les bretelles et ourler le décolleté (dentelle sur le décolleté?)

A très bientôt avec des photos de ces deux première pièces…

Murder Party en 1910: Combishort 1/3

L’empiècement de hanches est prêt. les bords sont roulottés, et les entre-deux posés, le tout à la main.
Je suis devenue la reine du roulotté!

Petite photo intermédiaire, il manque le roulotté du haut et la dentelle de la ceinture.
Le bas (extérieur du cercle) est laissé à cru pour le moment, il sera assemblé aux jambes non pas en entre-deux (pour cause de pudeur) mais avec une couture anglaise. Le milieu devant formera une patte de boutonnage sur toute sa hauteur, dans la continuité du haut du combishort.

Le patronnage des jambes m’inquiète un peu, les maths et moi, on n’est pas copains…
Alors en attendant, je vais faire le haut! Ca s’appelle reculer pour mieux sauter (ou faire l’autruche…)

Murder Party en 1910: le retour du Combishort!

Comme le corset est en panne, teinture des rubans et commande de baleines oblige, il est temps d’avancer sur les autres parties du projet: les dessous.

Depuis mon dernier article sur le sujet, j’ai mesuré mon coupon de soie, quantité insuffisante, snif!
Mais j’ai aussi fait un petit tour chez Tissus Myrtille et trouvé de quoi faire mes dessous: coton fin écru pour le combishort, voile de coton taupe pour le jupon.

Puis je me suis rappelée que j’avais un grand coupon de broderie anglaise blanc cassé qui attendait d’être transformé en blouse…

Petite fouille et tri des diverses dentelles en stock, et voici le résultat de la pêche miraculeuse:

Gros plan sur les dentelles: celle du haut est une récup décousue hier soir d’une paire de manches lacées immonde que je n’ai jamais utilisées, celle du bas, possiblement faite au crochet, vient de chez Emmaüs. La bande de crochet sera utilisée comme entre-deux à la taille, entre l’empiècement de hanches et le volant des jambes, le long des coutures côté, et ailleurs entre les morceaux de coton uni et de broderie anglaise… La petite dentelle bordera les volants des jambes (j’en ai 4 morceaux, ça tombe bien!)

Rappel des 2 principaux modèles dont je vais m’inspirer, le haut de gauche avec le bas de droite:

Pour patronner le haut, j’ai retrouvé par hasard la semaine dernière un chemisier qui a la bonne forme et me va comme un gant.

Pour cintrer le dos, et pour l’empiècement des hanches, j’utilise des patrons de lingerie 1897. Et pour les jambes, ça va être de l’impro puisque pas moyen de savoir comment c’est construit… Je n’ai trouvé qu’un seule illustration de ce type de jambes volantées, une gravure intitulée « pantalon ballerine » dans un magazine de mode ancien.

J’ai déjà coupé l’empiècement dos et devant, en utilisant le patron de ceinture des culottes ouvertes 1897, que j’ai rallongé de 15cm pour qu’il descende jusqu’en bas de mon corset, histoire de ne pas avoir trop de volume coincé dessous. Le dos est d’une seule pièce, le devant en 2 parties, avec un rajout de 3cm sur chaque pièce au milieu devant pour la patte de boutonnage. L’empiècement se trouve être pile à la mesure de mon dos, j’ai rajouté 1cm pour l’aisance, et les 2 parties devant et dos seront raccordées par un entre-deux de ma dentelle au crochet.

L’assemblage sera fait à l’ancienne! Je possède plusieurs pièce de lingerie fine début de siècle (merci Maman!), qui sont trop petites pour moi et trop délicates pour être portées, mais une source précieuse d’informations sur les méthodes de construction de l’époque: chaque morceau (corps, manches, cols, ceinture etc…) a un bord finement roulotté, et est relié à son voisin par une bande de petites brides brodées (je rajouterai une photo ici plus tard, j’ai oublié d’en faire).

Je ne vais évidemment pas broder toutes ces brides, j’en aurais pour des heures et l’échéance du projet est trop courte! Je truande donc en utilisant ma dentelle ancienne en guise d’entre deux; pour les bords des pièces, je vais tester le roulotté machine (avec un point zigzag), sinon je le ferai à la main…

Murder Party en 1910: Mystère et fonds de tiroirs…

Des idées plein la tête, c’est bien, mais pour les concrétiser, il faut aussi des tissus! Et pourquoi se ruiner et encombrer encore plus sa maison, quand on a plein de stocks de beaux tissus qui attendent que l’on s’intéresse à eux.

Qu’avons-nous donc sous la main, dont les couleurs conditionneront le look final de la robe et les achats de compléments de tissus?
– trois coupons de mousseline changeante, impeccables pour faire une ceinture

– plusieurs coupons de doupions aux couleurs chatoyantes, achetés pour faire des corsets mais qui seraient très bien en ceinture ou bustier sous une tunique

– une petite chute de velours dévoré bleu canard, juste assez pour garnir un décolleté

– un rideau ancien en tulle brodé, chiné en brocante, assez grand pour faire office de sur robe en dentelle et/ou de manches longues ajustées, et dont le volant de bordure ferait de superbes manches

– un grand métrage de soie bleu nuit brodée rapporté de l’île Maurice par mes parents. Le motif est particulièrement adapté au style Art Nouveau. Elle est tellement belle que je n’ose pas la couper…

– un très gros reste de tissu rayé prune fluide et un peu transparent, acheté pour faire une tournure mais trop léger pour cet usage, et entamé pour le projet de robe New Look
– des chutes de la nappe du salon, en satin de polyester broché, doré motif noisette d’un côté, noisette motif doré de l’autre

– un rideau de franges rose fuschia qui serait du plus bel effet recyclé en bas d’une ceinture ou tunique ou en pompons

– un fichu rose défraîchi, acheté en vide-grenier car j’ai aimé sa petite frange de guipure délicate; je la destinais à un haut de corset, mais elle ferait tout aussi bien l’affaire pour des bordures de manches ou de ceinture

– et des tas de vieux draps blancs à teindre si besoin

Et côté accessoires, il y a du monde aussi en magasin! Tout dans les tons de bruns ou de gris. Certains historiques, d’autres pas…

– un parapluie ancien, à la très belle poignée en fer ouvragé (hérité de ma grand-mère); comme la poignée est recourbée au lieu d’être droite, je pense qu’il est postérieur aux années 20, mais cela reste une très belle pièce.

– un éventail ancien orné de dentelles, peint et rebrodé de sequins (chiné chez Emmaüs). La structure est abimée, à réparer (ivoire? os?).

– une bague de famille ancienne offerte par ma grand-tante: je pense qu’elle est de la bonne époque ou très approchant.

et en vrac pour les modernes: chapaeux, chaussures, gants longs, sautoir, médaillon gravé,…

Murder Party en 1910: Patchwork d’idées

Après l’avalanche de photos de tout ce que je NE pourrai PAS coudre, intéressons-nous plutôt à tous les petits détails qui piochés, un par-ci, l’autre par là, risquent de finir sur ma robe.

j’aime les ceintures à « pompons »:

j’aime les ourlets de sous-jupe bien visibles, en tissu contrasté ou brodé, ou texturé:

j’aime les tuniques à encolure en V sur une sous-robe de satin ou rebrodée:

j’aime les sur-jupes géométriques à bordure ouvragée:

j’aime les franges de perles, en particulier sur les manches:

je ne sais pas ce qui ressortira de tout ça, mais certainement quelques unes parmi ces inspirations… Et en quelle couleur, me direz-vous? Mystère et fonds de tiroirs, c’est par ici!

Murder Party en 1910: Comment faire un "camibloomer"

Revenons à nos dessous: première couche, la chemise/combinaison et le pantalon. Par confort et par choix esthétique également, j’ai décidé de faire la combinaison des deux en suivant ce modèle:

Observons la bête sous toutes ses coutures, car trouver un patron de ce genre de vêtement me parait impossible.

Il s’agit ni plus ni moins d’un caraco (le haut d’une chemise) et d’un short ample, connectés à la taille. J’ai possédé un combishort similaire quand j’étais ado, et j’en ai réalisé une copie en soie il y a quelques années. Malheureusement, j’ai essayé la dite copie en mai pour le défi d’Elfyne, et il est un poil trop petit. Ceci dit, entre ma version presque à la bonne taille, et le patron de pyjama que j’ai retrouvé hier soir, ça ne devrait pas être trop compliqué!

Les différents morceaux:
– un dos d’une seule pièce (?) taillé bien large
– un devant en deux moitiés avec patte de boutonnage jusqu’à la taille
– une bande de dentelle à la taille pour froncer
– un empiècement plat sur les hanches pour éviter d’avoir trop de tissu bourré sous le corset long
– un grand volant taillé en cercle pour chaque jambe.
 NB: j’aime particulièrement le détail de la jambe fendue sur le côté, qui permettra de limiter au moins en partie le tissu bourré dans les jarretelles.
Voici un autre modèle plus simple côté décos:

Et le look porté avec corset, jarretelles et bas: des tas de tissu entassé entre les cuisses et sur les côtés; je ne suis pas vraiment convaincue par le confort du truc… D’où la nécessité d’un tissu très fin.

J’ai en réserve du pongé de soie couleur Cuisse de Nymphe (c`est-y pas chou?), et du voile de coton blanc cassé. Pas sûre des quantités, mais je peux toujours faire du patchwork…

Qu’en pensez-vous? Aimez-vous ce style de sous-vêtement ou préférez-vous le plus classique ensemble chemise + pantalon fendu?