UTILIKILT (1)

Voici venir le projet Utilikilt!
Bon je n’ai pas le droit de l’appeler comme ça, Utilikilt est une marque déposée…

Alors, cékoitèce que cette bête là?
C’est un kilt. Utile. Comme son nom l’indique…
En résumé, un kilt non traditionnel, pas fait en tartan 100% pure laine qui coûte lapoduku mais en coton bien costaud, avec des plis plus larges et un tablier plus étroit que les kilts écossais, un poil plus long, et surtout, pour le modèle qui va me servir de référence, avec des poches partout partout partout!

Plus de détails? C’est par ici, sur le site commercial de la marque Utilikilts.
Plus de photos? C’est par là, sur mon tableau Pinterest du projet.

J’en suis où? Bien avancée, déjà…
Le brainstorming a commencé à l’automne, les fournitures achetées fin novembre, et les croquis réalisés la semaine dernière.
J’ai attaqué les gros travaux, calcul des plis et coupe du tissu vendredi dernier, et enchaîné aujourd’hui avec le problème le plus épineux du kilt: le montage des poches cavalières!

Normalement, un kilt, c’est un basique rectangle de tissu qui fait tout le tour du corps, tout plissé sauf un bout plat devant (le tablier).
Oui, mais c’était trop beau… Des poches cavalières, ça se construit pris en sandwich dans la couture de côté du vêtement… J’aurais bien aimé trouver une solution de continuité, mais je n’en avais jamais faites, alors je n’ai pas tenté le diable.
J’ai utilisé une fois de plus un tuto du site coupe-couture, ce site est vraiment une merveille, très clair, très précis, très détaillé, il vous prend par la main et vous accompagne en photos, sans sauter la moindre étape.

Admirez-moi ces jolis raccords de rayures au cordeau:

Reviendez demain, y aura d’autres photos… je vais faire les ourlets et marquer les plis!

PROJETS DE VACANCES

Youpiii, c’est Noël, et c’est les vacances!!!! 15 jours en continu, pour moi, en famille et tranquillou à la maison.
C’est l’occasion de pouvoir consacrer un peu plus d’heures à la couture avec l’esprit clair, pas le soir devant la télé, au bout d’une journée de travail, quand le cerveau ne tourne plus très rond…

Au programme de ces vacances, comme toujours, j’en ai sûrement prévu trop! Mais rien n’est obligatoire, ni n’a de date butoir (hormis le cadeau), donc si je ne fais pas tout, c’est pas grave, c’est cool…

D’abord, il y a des bricoles qui traînent et que je voudrais finir:
– reprendre la vareuse de la Murder, dont le patron était manifestement prévu pour une veste, et qui donc a trop de tissu devant par rapport au dos… Ajustement vite fait: découpe par le milieu, surjet et repli, boutonnières d’un côté, pose de boutons de l’autre, et basta!
– rajouter une martingale pour cintrer le gilet rayé de la Murder
– terminer ma robe 1910: ben oui, j’étais tellement à la bourre que j’ai passé la journée avec les volants de manches simplement épinglés à la ceinture!! Donc 4 petits points de couture pour fixer les volants sur la dite ceinture, plus 2 pour fixer sur les bretelles, et le tour est joué.
– finir mon corps baleiné 1785, commencé pour le projet Chemise à la Reine: il ne manque que le biais du bas à finir, j’ai repris hier soir et terminé la dernière tassette de gauche, il faut donc faire le contour de la pointe milieu devant (avec les nombreuses baleines, ça va être coton), puis les 5 tassettes de l’autre côté: 6 longues soirées de petits points à la main en perspective
Au début de l’automne, il en était là:

Voilà pour les finitions; il y en a bien d’autres, mais ces trois là suffiront! J’espère pouvoir mettre mon corps baleiné pour le jour de l’an, avec une jolie jupe, ce serait sympa…

Mais tout ça ne va pas me prendre des siècles, me direz-vous? T’inquièèèète, j’ai prévu des taaaaaaas de nouveaux projets! ^-^
Pour ces vacances, je vais m’en tenir à 2, et ce sera bien suffisant.
– un Utilikilt: qu’es-ce que c’est que cette bête-là? Ben c’est un kilt… avec des poches utiles partout! A acheter, ça coûte un bras, à fabriquer, ça n’a pas l’air si compliqué… Le projet est déjà bien entamé, et je le reprends demain, donc restez connectez, ou abonnez-vous au blog, et vous saurez tout, tout, tout sur l’Utilikilt!
– un corset. Un vrai, cette fois! Enfin, le précédent (le 1910) était un vrai aussi, mais pas très flatteur porté tout seul, et pas portable de nos jours… Cette fois, je vise un corset, enfin plus précisément un underbust (qui s’arrête sous les seins, comme son nom l’indique) de dessus. Avec un joli tissu rayé. Tiens, le kilt aussi est rayé… je vais brasser de la rayure pendant toutes les vacances…

Trop de blabla? Vous préférez les photos? J’en ai une qui va vous mettre l’eau à la bouche…
Regardez comme il est beau ce kilt! Eh, j’ai dit le kilt!!!!

Et pour le corset,le tissu et quelques inspirations…

Murder Party en 1910: la genèse de la robe…

Un seul article, pour une cogitation qui s’étale sur un bon mois et demi.

A l’origine était l’inspiration, que je vous ai moultement détaillée ici et ici.
Puis est venu le shopping, et là oh joie bonheur etc… j’ai retrouvé la jolie microfibre pas chère couleur Cuisse de Nymphe qui m’avait servi en mai 2012 pour réaliser la robe du Swap Baccalauréat! (pas encore fait l’article, oups, il faut que je m’y mette…)

Premiers épinglés fin août, avec mes mousselines:

Volant de mon rideau de tulle brodé ancien, ceinture en mousseline violette
Le même en rajoutant le corps du rideau en surjupe courte (période 1912)
Toujours le même rideau, cette fois en version longue, et ceinturé de vert, galon brodé géométrique (tendance Art Déco) en bas de la robe

Commentaires: je préfère avec surjupe que sans. Plutôt surjupe courte que surjupe longue, mes goûts me portant plus naturellement vers la mode 1912. Le galon Art Déco est très joli, mais pas forcément très compatible historiquement avec la surjupe longue, forme 1909, plus période Art Nouveau que Art Déco…
Les mousselines sont jolies mais cela manque de contraste. Je préfèrais mon doupion de soie rouge cerise, mais l’épinglé était moche comme tout.

Deuxième série d’épinglés en octobre, avec ma soie rouge cerise:
Cette fois j’ai pris mes petits ciseaux et sauvagement découpé avec délicatesse le volant du rideau, car c’est sûr, je veux l’utiliser pour les manches!
Volant sur les épaules, corps du rideau horizontal, froncé derrière pour former une traîne, et ceinture haute en soie rouge.
Voici une manche en mousseline de soie brodée de perles de jais qua j’avais achetée en brocante dans l’idée d’en décorer un corset

Quelques coups de ciseaux plus tard, les bandes perlées de la manche se sont retrouvées sur la robe, histoire de la rendre un peu plus… rock’n’roll (un peu moins romantique-ingénue, quoi)

Commentaires: la version sans perles fait très robe d’après-midi, ce qui conviendrait mieux au cadre de la Murder Party, mais moins au caractère de mon personnage, que je voudrais plus ambigu (oui, c’est une douce créature fragile, romantique et respectable, mais… un peu de feu couve sous la glace…); la version avec perles fait plus robe de soirée, plus femme mûre aussi, mais un peu too much à mon goût.
Je valide totalement le rideau posé ainsi, juste froncé au milieu dos, cela se rapproche de nombre de mes illustrations 1909 avec une traîne. Le volant de dentelle aussi, je vais froncer le bord avant pour éviter qu’il ne pendouille.
Prochain essai, ne garder que les bandes de perles étroites, en guise de bretelles (posée au bord de la robe et pas en V) car elles sont trop courtes pour couvrir tout le décolleté.

La forme me convient, j’ai donc plongé dans mes livres à la recherche de patrons!
Trouvé mon bonheur dans The Cut of Women’s Clothes (Norah Waugh) pour la jupe: jupe taille haute corsetée, un panneau plat milieu devant, 2 panneaux légèrement évasés sur les côtés, et plus d’ampleur à l’arrière avec une légère traîne. En plus la planche a des cotes, apuka prendre les mesures, agrandir et zou!

Et dans Patterns of Fashion 2 (Jill Salen), la très fameuse, vue et revue Laurel Dress, qui ne me tente pas du tout, mais dont la construction du bustier est remarquablement détaillée et adaptée à mon projet: doublure baleinée, bande du buste, ceinture en forme doublée elle aussi… tout y est


Murder Party en 1910: Corset (5) et le Combishort Contre-Attaque!

Il y a du retard de postage, sur ce blog…
Je n’écris pas beaucoup, mais j’avance bien côté couture.

Le corset est à ce jour presque terminé.
Le biais a été posé en haut et en bas, biais de satin rose pâle, posé proprement à la machine.

J’ai confectionné et posé les 6 jarretelles recouvertes de biais de satin (le même que le biais des bords)

J’ai posé ma jolie dentelle ancienne, à la main, avec précaution et délicatesse, et j’ai commencé à broder des abeilles (c’est très moche et pas régulier, il n’y en a que la moitié de faites, du coup, il faut que je m’y remette pour le finir!)

Côté combishort, je tiens le bon bout aussi.
J’ai décalqué à partir de mon corsage rose et de la mesure de l’empiècement de hanches, puis créé des découpes sur mon patron pour alterner voile de coton et broderie anglaise sur le devant:

Le haut est assemblé, la patte de boutonnage ourlée à points invisibles, et le bas de l’empiècement fermé.
J’ai coupé les jambes à l’arrache, fermé le bas, posé la dentelle et essayé le tout épinglé: bilan « pas mal »
La culotte fendue est fonctionnelle mais pas indécente, je ne vais même pas devoir poser des boutons pression pour la maintenir.
Comme j’ai taillé des jambes de 126cm de large histoire de faire des volants, pour un empiècement de 92cm seulement, il faut maintenant réduire avant d’assembler… L’option fronces, telle que je l’avais épinglée ne me plaît pas, ça donne un effet bouffant juste à hauteur du tour de hanches, pas très flatteur… L’option grands plis testée aussi au deuxième épinglé était gracieuse, mais bizarre du fait de l’espacement des plis.
Je vais donc opter pour des mini plis plats de 3mm de large, comme on en voit souvent sur ce type de lingerie, ça va être super long à faire, mais ça devrait être joli.
Reste à trancher sur la question suivante: des petits plis partout, espacés de 3cm, ou des groupes de plis à plusieurs endroits stratégiques (au passage des jarretelles, pour gagner de l’ampleur à cet endroit)?

J’espère pouvoir terminer le bas du combishort ce soir, ensuite il ne restera que les boutons pression à poser, ainsi que les bretelles et ourler le décolleté (dentelle sur le décolleté?)

A très bientôt avec des photos de ces deux première pièces…

Murder Party en 1910: Corset (4)

De très grandes avancées depuis le dernier article sur ce corset!
Il est presque terminé…

Tous les couloirs sont piqués, busc, baleines et oeillets en place. Il ne manque que les 4 dernières paires d’oeillets en bas, que je broderai car je n’avais pas assez d’oeillets métalliques pour toute la longueur du corset…

Etape intermédiaire, avant et pendant la pose des derniers couloirs à baleines:

Il n’est pas baleiné jusqu’en bas, pour des raisons évidentes de courbure du corps, sinon je ne pourrais pas m’asseoir. Pour déterminer la longueur des baleines, je me suis simplement assise après avoir enfilé ma toile de corset, et j’ai tracé la limite inférieure des baleines directement au stylo sur le tissu, à hauteur du pubis pour le busc, des cuisses pour les baleines de devant, et de la chaise pour celles de derrière.

Petites photos moches de l’essayage d’hier soir, prises avec le téléphone et une lumière pourrie ^-^

Pas de vue de face, le cliché était mal pris et le corset n’est pas très beau vu sous cet angle… Il est extrêment droit, et les découpes des pans devant renforcent l’aspect « tube » ou colonne, ce qui est rigoureusement historique, étant donné le patron que j’ai utilisé, mais pas très flatteur…
Vu de face, il ressemble comme deux gouttes d’eau à celui-ci (sans les goussets pour la poitrine, j’aurais peut-être dû en faire…):

La bonne surprise, c’est que mon tissu synthétique (le rose mat) n’est pas du tout élastique, et résiste superbement à la tension. Il donne une vraie belle tenue au corset. L’autre bonne surprise, c’est le confort extrême d’un corset fait à ses propres mesures: il a beau être lourdement baleiné, tout en baleines acier plates, il me fait comme une seconde peau, je l’ai porté une petite heure ce matin pour tester des fonctions de base telles que m’asseoir et manger et j’ai été très agréablement étonnée de sa souplesse.

Maintenant, il ne reste plus qu’à poser le biais, la dentelle en haut du corset, préparer les jarretières et broder des abeilles pour stabiliser les baleines.

Murder Party en 1910: Comment coudre des bas

J’ai trouvé sur ce site un très intéressant tuto pour coudre des bas. Le titre indique que le tissu employé est de la chenille, mais je souhaite utiliser un tissu le plus fin possible, jersey de coton ou de soie si j’en trouve à pas trop cher.

Comme je suis obligée de chercher une bonne partie des mots (pas très forte en schéma corporel en anglais, moi), j’en profite pour vous livrer ici la traduction du tuto, afin que les non anglicistes puissent en profiter aussi.

Je précise que je n’ai encore jamais réalisé de bas, ni testé ce tuto, cela sera l’étape suivante, donc si certain(e)s d’entre vous l’ont déjà fait, tous commentaires, critiques, conseils ou instructions complémentaires sont les bienvenus! Si vous avez des patrons ou schémas, n’hésitez pas à partager aussi 😉

C’est parti pour le tuto!

1.- Mesurez le tour de votre pied, de votre cheville, de votre mollet, de votre genou et de votre cuisse, à chaque fois à l’endroit le plus large. A partir des orteils, mesurez le dessous du pied et l’arrière de la jambe, jusqu’à la hauteur désirée pour le haut du bas. Ajoutez une marge de couture (2.5cm) à toutes les mesures.

2.- Créez un patron utilisant vos mesures: tracez un rectangle long et étroit sur une vieille feuille de papier journal (ou de la nappe en papier). N’hésitez pas à scotcher ensemble 2 feuilles de journal si vos jambes sont trop longues pour tenir sur une seule 😉 Découpez le patron.

3.- Découpez les bas. Epinglez le patron au tissu, avec le plus d’épingles possible si votre tissu est glissant. Coupez le patron 2 fois, une pour chaque jambe.

4.- Assemblez la couture arrière du bas en repliant votre pièce de tissu dans la longueur, endroit contre endroit. Epinglez du papier sulfurisé entre les deux épaisseurs de tissu pour minimiser les glissements de tissu.

5.- Fermez l’extrémité côté orteils. Ourlez le haut des bas (ça me fait toujours rire, c’est bête hein?) en repliant deux fois le bord sur 5mm de haut. piquez le plus près possible du premier repli.

… Bon. Mouais… Je ne sais pas vous, mais moi je reste sur ma faim… Ne manquerait-il pas quelques méchantes étapes entre les indications 1 et 2? Genre la distance coup de pied/cheville, cheville/partie large du mollet, cheville/genou et genou/cuisse? Sinon, comment savoir où placer ces différentes mesures si méthodiquement relevées?
Une petite photo pour avoir un aperçu d’un patron de bas à plat n’aurait pas été du luxe…^-^
Vous pouvez voir un aperçu de patron de bas ici sur le blog de Before the automobile. Les siens ont été réalisés et décorés dans le style XVIIIème siècle, mais je ne pense pas que la forme des jambes et donc la forme des bas ait beaucoup évolué depuis… J’ai quand même du mal à visualiser l’assemblage pour apsser du patron à plat au bas sur la jambe. Comme toujours, il va falloir que je le fasse pour me rendre compte( sans sent l’abus de découvite, ça…).

Voilà. Ben yapuka trouver le bon tissu, et en avant pour du bricolage… je dois avoir des restes de microfibre noire, je tenterai peut-être une toile un de ces prochains jours. En attendant, surveillez bien le blog, ma commande de baleines est passée ce matin, je vais donc pouvoir me remettre au corset d’ici la fin de semaine, j’espère.

Murder Party en 1910: Combishort 1/3

L’empiècement de hanches est prêt. les bords sont roulottés, et les entre-deux posés, le tout à la main.
Je suis devenue la reine du roulotté!

Petite photo intermédiaire, il manque le roulotté du haut et la dentelle de la ceinture.
Le bas (extérieur du cercle) est laissé à cru pour le moment, il sera assemblé aux jambes non pas en entre-deux (pour cause de pudeur) mais avec une couture anglaise. Le milieu devant formera une patte de boutonnage sur toute sa hauteur, dans la continuité du haut du combishort.

Le patronnage des jambes m’inquiète un peu, les maths et moi, on n’est pas copains…
Alors en attendant, je vais faire le haut! Ca s’appelle reculer pour mieux sauter (ou faire l’autruche…)