Murder Party en 1910: Corset (1)

Le Corset !
Gros morceau, pièce essentielle… Sans lui, point de silhouette 1910, juste un déguisement.

Je vous ai déjà expliqué ici pourquoi j’avais opté pour un corset droit plutôt qu’un corset en S.
Il m’a donc fallu trouver un patron : fastoche ! J’ai le Corsets and Crinolines de Norah Waugh, et le Corsets de Jill Sallen qui tous deux contiennent des corsets de la bonne période.

Oui mais voilà, ce sont tous les deux des corsets en 8 pièces : deux demi-devants et deux demi-dos de chaque côté. Or j’ai lu récemment (je ne sais plus où, désolée pour la source !) que plus la madame elle est « grosse » et plus il faut de baleines (pour soutenir/écraser/déplacer tout le gras) et donc plus il faut de pans… En plus c’est plus joli d’avoir plein de lignes de découpe pour souligner les courbes, que des grand morceaux de corset massifs (ça n’est pas flatteur, exit l’illusion d’optique amincissante).

Et puis en allant voir sur Bridges on the Body son SAL du corset Titanic (le 1910 de Norah Waugh), je suis tombée sur un autre patron, en 10 pans celui-là, qu’elle a reconstitué à partir d’un vrai corset historique acheté aux enchères, non daté. Son estimation d’après les lignes et la longueur de la bête le situe entre 1910 et 1914: tiptop, adjugé, vendu ! (L’article où elle explique toute la démarche est .

corset 1910, patron Bridges on the Body

Pour commencer, le patron d’origine est décalqué sur une feuille A4, donc en petit. J’utilise la méthode de Foundations Revealed pour mettre un patron à ses propres mensurations :

1)Je trace les lignes de taille, de poitrine, de petites hanches (PH pour les intimes), et pour ce corset long, de grandes hanches (gentiment abrégé GH qui peut aussi vouloir dire Gras Horripilant, hihi) également

2)Je trace les lignes verticales de milieu devant (le long du busc), milieu dos (le long des œillets de laçage) la ligne estimée de côté(à peu près au milieu de ma pièce n°3), et le milieu de chaque pièce intermédiaire.

3)Je mesure très précisément sur le patron la longueur de chaque petit morceau de la ligne de taille, d’une ligne verticale à un bord de pièce et je note cette mesure sur mon patron.

4)Je totalise toutes les mesures de ma demi-taille dos (de la verticale de côté jusqu’au milieu dos) et je note ce total dans une boîte au bout de la ligne ; idem avec ma demi-taille devant (de la verticale de côté jusqu’au milieu devant), hop dans une autre boîte. Et on recommence tout ça avec la demi-poitrine dos, la demi-poitrine devant, la demi-PH dos, etc…

5)C’est l’heure fatidique pour l’allergique aux maths que je suis : je sors la calculatrice ! Et là, heureusement que Cathy Hay a tout bien expliqué dans son document, car sinon je serais restée à jamais coincée là… Pour chaque petite mesure faite(le nombre écrit sous chaque petite ligne), je calcule sa proportion dans la mesure totale (le nombre écrit dans la boîte en bout de ligne) avec la formule suivante : (*petite mesure* divisé par *total dans la boîte*) x 100 = pourcentage. Je note soigneusement et LISIBLEMENT chaque pourcentage à sa place. Il me servira à calculer la longueur de chaque morceau en fonction des mes mesures à moi, en taille réelle.

Pffiou, ça en fait des calculs, merci la calculatrice… On continue ?

6) On attrape son mètre ruban et on passe aux mesures qui fâchent: tour de taille, tour de poitrine, tour de PH, tour de GH, tour de dessous de poitrine (underbust en anglais, que par flemme j’ai surnommé UB), et tout un tas d’autres : hauteur de sein, distance entre les mamelons, hauteur taille-UB, , longueur demi-taille devant, demi-poitrine devant, demi-UB devant, demi-PH devant, demi-GH devant.

7) Et voilà que… YOUPI, encore des maths, pffff ! Bon cette fois c’est facile : comme on ne travaille que sur un demi corset, il faut diviser par deux les mesures demi-taille devant et demi taille dos, idem pour les autres « étages ». Si on envisage un espace de laçage au dos (pas fermé bord à bord), penser à diviser l’espace souhaité par 2, et enlever cette demi-mesure à chaque résultat obtenu au dos.
Exemple : l’espace le plus communément vu pour le laçage est de 5 cm, je vais donc enlever 2,5cm à toutes mes demi-mesures du dos

Là, j’ai rencontré un flou artistique : quid de la restriction ? Cathy Hay en parle au début, lors des prises de mesures, puis plus du tout… Je suis donc partie du principe que je travaillerai sur les mesures AVEC restriction, mais évidemment, dès qu’on me lâche la main dans le grand bassin des maths, je me noie : j’ai enlevé la moitié de ma restriction à chaque mensuration (ben oui, je travaille sur un demi-corset), au lieu d’un quart… Je suis bonne pour recommencer mes 8 calculs, heureusement que je ne suis pas allée plus loin que cette étape ! Je l’ai échappé belle…

Un peu de shopping plus tard, puisque sur mon lieu de vacances je n’ai pas de papier de brouillon ou à patron, je sors de ma musette un paquet de copies simples quadrillées en 5×5, et un rouleau de scotch. Pour quoi faire ? Ben mon patron grandeur nature, pardi ! Le 5×5 parce que c’est pratique pour avoir des lignes de références bien parallèles pour mon patron, et le scotch, parce que mon hémi-buste ne tient pas sur une feuille A4… Va falloir faire du puzzle.

8) Après avoir estimé à la louche la longueur du corset, et divisé mon tour de GH par deux (c’est ma plus grande mesure), j’ai assemblé 6 feuilles. J’ai tracé mes milieu devant et milieu dos bien au bord des feuilles, et placé ma ligne de taille un peu au pif.
Conformément aux instructions de Cathy Hay, j’ai dessiné la ligne de PH 7,5cm sous la ligne de taille, et la ligne de GH 7,5cm sous les PH. J’ai quand même un doute à ce sujet, on n’a pas toutes des hauteurs de bassin standard ?
Edit 3 jours plus tard: dans The Basics of Corset Building, j’ai lu aujourd’hui que Linda Sparks utilise bien des mesures réelles…RHHHAAAAAA!!!!! Tout le patron à refaire!!!!

9) Re-Maths : vite, la calculatrice ! On reprend les pourcentages de toute à l’heure et on calcule les vraies mesures : mon demi-tour de taille dos fait N centimètres, et le pan 5 (milieu dos) en représente 40%.
Je calcule donc N x (40/100) = la largeur de mon pan 5 ! Hourraaaaaaa ! Et rebelotte avec touuuuuuus les pourcentages à touuuuus les étages. Et voilà le travail!

La suite quand j’aurai regagné mon chez moi, je n’ai pas de tissu moche pour faire ma toile ici, et pas d’Emmaüs sous la main pour trouver du vieux drap. Les rideaux du gîte ? Mouais, pas sûr que le proprio soit d’accord…

En attendant, vous pouvez venir par ici rêver un peu avec moi sur les belles robes…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s